Festival de Cannes: Notre avis sur «Sleeping Beauty» de Julia Leigh

FESTIVAL DE CANNES La fiche du film pour sauver la face lors des dîners...

A Cannes, Anne Kerloc'h

— 

DR

Si vous avez raté le début

Lucy cumule les petits jobs pour payer ses études: cobaye dans un labo, préposée à la photocopieuse dans un bureau... Jusqu’à ce nouvel emploi «en freelance», dans une maison de campagne somptueuse et isolée. Endormie chimiquement, elle devient une «sleeping beauty», allongée nue dans un lit pour le plaisir d’hommes vieillissants. Au matin, elle n’a aucun souvenir de ces étranges nuits.

>> Tous nos articles sur le Festival de Cannes

Les tête d'affiches

On ne voit qu’elle… L’actrice australienne Emily Browning est d’une puissance diaphane étonnante. En 2004, elle jouait les «Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire» avec Jim Carrey et cette année dans «Sucker Punch» de Zack Snyder. Rachel Blake, qui incarne la mystérieuse Clara, organisatrice du réseau des «sleeping beauties» a été vue dans le polar psychologique «Lantana».

>> Notre diaporama sur les films en compétition officielle par ici.

Backstage

Julia Leigh, la réalisatrice, a bénéficié tout au long du film du soutien de Jane Campion, palme d’or à Cannes en 1993 pour La Leçon de Piano. Elle dit avoir été inspirée par une atmosphère de conte et l’existence de services sur Internet similaires à ceux des «Sleeping beauties».

Notre avis

Accueil glaçon et applaudissements faiblards dans la salle… Pourtant Sleeping Beauty mérite mieux que le rejet. Inabouti, sans aucun doute et lourdaud dans ses références (Bunuel, mais aussi le Pasolini des 120 journées de Sodome). Il reste pourtant marqué par la présence tranquillement incandescente de son actrice principale et offre une variation intéressante sur le thème de l’impuissance: vieillissement, manque d’argent, relations inabouties, sensation de dépossession de soi s’enchevêtrent pour explorer toutes les formes de frustrations, de renoncements ou de distance.

La réplique qui tue

«Au réveil, vous ne vous souviendrez de rien»

La vidéo