«La Conquête»: «L'acteur, qui incarne Sarkozy, n'est pas à la taille du rôle», selon l'UMP

CINEMA Le film sur Nicolas Sarkozy n'a pas covaincu le porte-parole de l'UMP...

S.L. et G.W.
— 
Denys Podalydès dans le film de Xavier Durringer «La Conquête».
Denys Podalydès dans le film de Xavier Durringer «La Conquête». — E. DE LA HOSSERAYE / MANDARIN CINEMA - GAUMONT

La Conquête sélectionné à Cannes, c’est l’UMP qui va être content. Car si la bande-annonce de La Conquête, dévoilée le 1er  avril dernier, a immédiatement créé le buzz sur Internet, elle n’a pas  laissé les politiques indifférents. Notamment du côté de l’UMP, plus  particulièrement concerné. Interrogé par 20Minutes, Dominique Paillé, ancien porte-parole de l’UMP, a  tenu à préciser que «tout ça est loin de la vérité. On est très en  dessous du rythme de la Sarkozie. La campagne de Sarkozy, c’était une  campagne sans temps mort. Denis Podalydès manque singulièrement de charisme. Il n’a pas la gestuelle de Sarkozy, il ne soutient pas le  regard comme Sarkozy le soutient. Sarkozy, ses colères ne sont pas comme  ça, il ne regarde pas par terre quand il engueule quelqu’un. Là, rien  n’émane de ce garçon. L’acteur n’est pas à la taille du rôle. Mais ceux qui campent Villepin et Chirac sont plutôt  bons.»

Ils sont aussi souvent très drôles. Et cruels. Notamment quand Jacques Chirac (Bernard Le Coq) confie à Dominique de Villepin (Samuel Labarthe) en regardant de son bureau les jardins de l’Elysée: «Tu vois la pie qui chante en bas, qui marche sur mes plates-bandes» avant de faire semblant de lui tirer dessus.
Jacques Chirac
Ils sont aussi souvent très drôles. Et cruels. Notamment quand Jacques Chirac (Bernard Le Coq) confie à Dominique de Villepin (Samuel Labarthe) en regardant de son bureau les jardins de l’Elysée: «Tu vois la pie qui chante en bas, qui marche sur mes plates-bandes» avant de faire semblant de lui tirer dessus.

>> Lire l'interview du réalisateur du film, Xavier Durringer, par ici