Méli-mélo lourdaud

— 

Prenez une maman star du journal télévisé qui a négligé sa fille au profit de sa carrière. Ajoutez la fille danseuse étoile qui veut retrouver le gamin adopté qu'elle a eu secrètement à 16 ans. Mettez une pincée de scandale avec un écrivain résolu à percer les secrets de famille de ces dames et vous obtenez Les Yeux de sa mère, nouveau film de Thierry Klifa. Le réalisateur du Héros de la famille n'a pas fait dans la dentelle pour cet hommage à Pedro Almodovar et à Douglas Sirk. Une intrigue cousue au gros fil et une surabondance de personnages perdent le spectateur dans une histoire touffue, surdosée en grands sentiments. Reste une distribution de rêve : Catherine Deneuve impériale, Géraldine Pailhas touchante, Nicolas Duvauchelle vibrant et surtout Jean-Baptiste Lafarge en fiston écorché vif. Ce n'est pas si mal, mais cela aurait pu être mieux si Thierry Klifa avait allégé son plat avant de le servir.C. V.