Les héroïnes de «We Want Sex Equality» veulent inspirer les femmes d'aujourd'hui

CINEMA Elles se sont battues pour leurs droits dans les années 60...

caroline Vié

— 

Gwen et Vera, les deux syndicalistes qui ont inspiré le film.
Gwen et Vera, les deux syndicalistes qui ont inspiré le film. — MCMULLAN CO / SIPA ARP SELECTION

Elles s'appellent Gwen et Vera et flirtent avec les 70 printemps. Ces deux Britanniques ont peut-être l'air de gentilles grands-mères mais n'en ont pas la chanson.

Revigorant

En 1968, ces deux syndicalistes résolues et 181 collègues ont immobilisé l'usine Ford de Dagenham pour exiger l'égalité salariale entre hommes et femmes. Nigel Cole s'est librement inspiré de leur lutte pour la comédie We Want Sex Equality projetant les deux grannies sur le devant de la scène médiatique.



«L'histoire est revue par le monde du cinéma, mais le film revient sur l'essentiel: notre combat, toujours d'actualité», déclare Vera, ravie de faire la fête à Paris avec sa copine. «On espère être des modèles pour les jeunes femmes d'aujourd'hui, insiste Gwen. Il faut qu'elles continuent à se battre!»

Leur courage est mis à l'honneur dans cette chronique réjouissante proche de classiques british comme Les Virtuoses ou The Full Monty. « L‘héroïne jouée par Sally Hawkins est un mélange de plusieurs d'entre nous, explique Vera, mais ça nous a fait drôle de nous reconnaître sur grand écran. »

Leurs enfants et petits-enfants sont les premiers fans de We Want Sex Equality, mais un large public devrait être conquis par ce film revigorant auquel le festival de Dinard a donné son grand prix, le prix du scénario et celui du public. « Il s'agit aussi d'une histoire d'amitié qui nous unit toutes depuis plus de quarante ans. C'est cela qui touche les gens », conclut Vera.