Claude Lanzmann: «Seules les oeuvres d'art peuvent rapprocher les hommes»

CINEMA «Shoah», de Claude Lanzmann, est diffusé à partir de ce lundi en Iran...

Stéphane Leblanc

— 

Le réalisateur Claude Lanzmann, le 18 août 2010, à Saint-Paul de Vence
Le réalisateur Claude Lanzmann, le 18 août 2010, à Saint-Paul de Vence — BEBERT BRUNO/SIPA

Comment  le film peut-il être diffusé dans un pays qui nie la Shoah et revendique la destruction d'Israël?
Ce n'est pas un pays qui est en cause, mais les leaders de ce pays, même si leur propagande a bien évidemment des effets auprès de la population. Reste que malgré la censure, la politique négationniste et antisémite d'Ahmadinejad fait débat et suscite d'après ce qu'on me dit une curiosité pour mon film.

Peut il apparaitre comme un remède contre la propagande?
Un film comme Shoah fait taire la propagande. Pas seulement en Iran, ça a été comme ça en France aussi. En 1987, quand TF1 l'a programmé pour la première fois a la télévision, les négationnistes appelaient les français a briser leur télé. Mais Shoah est aujourd'hui considéré comme une œuvre d'art. Car la vérité historique passe par les oeuvres d'art et elles seules peuvent rapprocher les hommes.

Techniquement, comment ça va se passer?
La diffusion sera faite par satellite de Los Angeles aux Etats-Unis. Le projet Aladdin, qui a déjà traduit Le Journal d'Anne Franck ou les livres de Primo levi a permis le sous-titrage en arabe, en turc et en persan. Ils ont prevu neuf episodes d'une heure, dès ce lundi, puis une rediffusion en quatre fois deux heures et quart la semaine d'après.