«Avant l'aube»: «Sur le tournage, on s'est vite sentis comme en famille»

INTERVIEW Les deux acteurs principaux du film, Jean-Pierrre Bacri et Vincent Rottiers, racontent leur rencontre...

Recueilli par Caroline Vié

— 

Bacri en hôtelier face à son employé en réinsertion joué par Vincent Rottiers.
Bacri en hôtelier face à son employé en réinsertion joué par Vincent Rottiers. — R. VAZ PALMA

Jean-Pierre Bacri, hôtelier écrasé par les responsabilités, et le jeune Vincent Rottiers, employé en réinsertion, doivent faire face à la disparition mystérieuse d'un client dans Avant l'aube.
Le cinéaste Raphaël Jacoulot fait monter le suspense autour de la re­lation complexe entre ces personnages incarnés par deux grands comédiens, qui se sont confiés à 20 Minutes.

Quelle image aviez-vous l'un de l'autre?
Vincent Rottiers:
Je me demandais si Jean-Pierre serait aussi bour­ru que dans ses films, et j'ai découvert un homme ­sensible et vrai.
Jean-Pierre Bacri: J'étais épaté par la performance de Vincent dans Les Diables [2002] de Christophe Ruggia. On s'est vite sentis comme en famille en s'apprivoisant sur le tournage.

Tous les deux avez la même conception du métier?
J.-P. B:
Exactement, car nous ne ressentons ni l'un ni l'autre le besoin de nous torturer. J'aime essayer des choses et qu'on me donne des raisons de m'amuser sur le plateau.
V. R.: Moi aussi, j'ai plaisir à essayer des choses bien que je ne ressente pas le besoin de me torturer. La notion de jeu était importante pour nous deux.

Quand sait-on qu'on est sur la même longueur d'ondes?
J.-P.  B.:
On se rend compte tout de suite si on a affaire à un emmerdeur ou à un mec bien. J'ai vite apprécié le sérieux et la simplicité de Vincent.
V. R.: Jean-Pierre ne m'a pas pris de haut. Malgré son expérience supérieure à la mienne, j'ai aimé qu'il me traite en égal. Nos rapports presque filiaux dans le film n'ont pas déteint sur le travail.

Un couple de cinéma est né?
J.-P. B:
Je me verrais bien écrire un rôle pour Vincent.
V. R.: Je suis impatient de voir ce que je pourrais t'inspirer.

Le deuxième film d'un jeune réalisateur

Le Français Raphaël Jacoulot, né en 1971, avait sorti en 2006 un premier long métrage, Barrage, présente au Festival de Berlin. Le réalisateur y explorait déjà les dysfonctionnements d'une cellule familiale.