« J’ai peur de décevoir des générations de fans »

© 20 minutes

— 

Coscénariste, réalisateur Quel a été votre principal défi sur Le Monde de Narnia ? Il m’a fallu incarner des éléments que le romancier C. S. Lewis ne décrivait que sommairement. Contrairement à Tolkien, il ne s’étendait pas sur des pages et des pages. J’avais donc peur de décevoir des générations de fans qui s’étaient fait leur propre idée de ce monde. Et le message chrétien du livre ? Cette dimension était importante pour Lewis. Je ne l’ai ni occultée ni soulignée. Quelle est votre anecdote favorite ? La presse a publié la fausse nouvelle que nous avions engagé Nicole Kidman pour jouer la sorcière. Avec mes longs cheveux blonds, un journaliste m’avait pris pour elle en me voyant de dos ! Recueilli par C. V.

sans faute Néo-zéalandais, Andrew Adamson s’est imposé aux Etats-Unis dans le domaine des effets spéciaux et de l’animation. Il a travaillé sur Batman Forever et Batman et Robin avant de passer à la réalisation pour Shrek 1 et 2. A 38 ans, il s’accorde quelques mois de vacances en famille avant d’envisager de tourner la suite de Narnia.