Luchini se met en ménage à l'espagnole

— 

   Fabrice Luchini va rendre visite aux Femmes du 6e étage dans le film homonyme de Philippe Le Guay, qui l'avait déjà dirigé dans L'Année Juliette (1995) et Le Coût de la vie (2003). Cet agent de change grisâtre retrouve des couleurs grâce aux domestiques espagnoles mal logées au sommet de son immeuble cossu. Aussi dures à la besogne qu'elles sont tendres de cœur, ces nouvelles amies ont tôt fait de transformer l'ours coincé par une épouse castratrice en animal pelucheux prêt à se faire câliner par sa jolie bonne.
  Le Guay slalome élégamment entre les clichés paella et flamenco pour jouer une mélodie douce-amère. Sa fable sociale, sise dans les années 1960, prend des allures d'histoire d'amour dont la tendresse ne penche jamais vers la mièvrerie. La vitalité des dames ­ibériques, menées par Natalia Verbeke et Carmen Maura, tranche sur la froideur réfrigérante de Sandrine Kiberlain, en bourgeoise aussi bête et prétentieuse que ses escarpins. C. V.