«Tron» upgradé à la joie des fans

CULTE Vingt-huit ans après le premier volet, «Tron l'héritage» nous replonge dans un monde virtuel...

Caroline Vié

— 

Tron l'héritage reprend les célèbres courses de motocycles du film de 1982.
Tron l'héritage reprend les célèbres courses de motocycles du film de 1982. — disney

Les studios Disney tiennent peut-être leur Matrix ou leur Avatar. Tron l'héritage, suite d'un classique futuriste réalisé en 1982 par Steven Lisberger, est plus qu'un film. Il s'agit d'un concept destiné à être décliné sur plusieurs longs métrages ainsi que sur bon nombre de produits dérivés (jeux, musique, meuble, vêtements...).

Et c'est un dépaysement total que propose ce film d'aventures en envoyant un jeune génie de l'informatique sur les traces de son père, créateur d'un jeu vidéo dont il est resté prisonnier depuis des années.

Une technologie au top

Joseph Kosinski, réalisateur du Tron du nouveau millénaire, a sorti son sabre laser pour faire partager ses aventures. Relief au top de la technologie et bande-son super tac-boum signée du duo français Daft Punk font décoller le spectateur sur la moto du héros.

Les esprits chagrins pourront déplorer que le scénario soit beaucoup moins flamboyant que les décors. Les autres plongeront dans un univers d'une richesse visuelle époustouflante.

Garrett Hedlund, fiston débrouillard, Olivia Wilde, toute mignonne en tenues moulantes, et surtout Jeff Bridges, dans un double rôle savoureux servent de guides pour ce voyage mené à fond les manettes de jeu. Tron l'héritage offre le plaisir ludique de partir à la découverte d'un monde nouveau peuplé de méchants XXL et de gentils charismatiques qu'on serait ravis de retrouver.