«Le nom des gens» prend le parti du politique humoristique

CINEMA Une comédie à l'eau de rose piquante...

Caroline Vié

— 

Jacques Gamblin et Sara Forestier dans «Le nom des gens».
Jacques Gamblin et Sara Forestier dans «Le nom des gens». — M. Crotto

Le Nom des gens de Michel Leclerc a apporté des volutes de bonne humeur à Cannes. La pétillante Sara Forestier y pratique la «propagande canapé», ­couchant avec ses opposants politiques pour les convaincre de passer le vote à gauche. Jusqu'au jour où elle tombe amoureuse de Jacques Gamblin, qui se révèle… jospiniste.

Jospin en guest-star

Cette comédie intelligente et vitaminée s'offre même Jospin en guest star ! Le rire, plutôt fin, est omniprésent grâce à un scénario semi-autobiographique du réalisateur de J'invente rien et de sa compagne, Baya Kasmi. La fraîcheur de ce film militant se teinte par moments de gravité abordant des sujets comme l'engagement politique et l'identité. Alors Le nom des gens, on vote « oui ».