«Saw 3D»: Tobin Bell fait le grand «saw»

CINEMA L'interprète charismatique de Jigsaw hante le dernier chapitre d'une saga sanglante...

Caroline Vié

— 

Pour le dernier chapitre de la saga d'horreur, l'équipe du film a mis le paquet sur les meurtres sadiques.
Pour le dernier chapitre de la saga d'horreur, l'équipe du film a mis le paquet sur les meurtres sadiques. — METROPOLITAN

Après saucisse, sausette! Les mauvais jeux de mots sur les titres de la saga d'horreur Saw prendront fin avec ce dernier chapitre en relief signé Kevin Greutert, ex-monteur promu au rang de réalisateur. L'ombre du tueur Jigsaw, expert en pièges prêt à assassiner ses victimes pour leur apprendre à vivre, plane sur ce film.

«Je suis sensé être mort»

«Je suis censé être mort, mais les producteurs ont dû penser qu'ils avaient tué la poule aux œufs d'or, alors ils m'ont fait revenir», plaisante Tobin Bell, gentleman de 68 printemps aussi charmant dans la vie qu'il est terrifiant à l'écran.
«Je suis étonné par la fascination qui entoure mon personnage, dit-il, mais je ne la trouve pas inquiétante. Seuls les gens qui n'aiment pas les films d'horreur les prennent au sérieux!»

Jigsaw, un incompris

Bell, ironique, trouve même des excuses au Jigsaw. «Il n'est pas vraiment méchant. C'est un incompris auquel il faut concéder une imagination débordante.» L'acteur a maintenant tourné la page sans renier la saga. «Je ne me vois pas hanter les conventions de fans. Il y a une vie après Saw.» Tobin Bell n'a gardé en souvenir qu'une figurine en terre placée sur le cadavre de Jigsaw. «Je pense que Saw restera parce que ces films possèdent une dimension humaine qui dépasse la surenchère d'effets gore.»

 

Ça va gicler

Saw en 3D, attention les yeux! Le sang gicle dans ce volet qui devrait vraiment être le dernier. «On a mis l'accent sur les pièges sadiques pour terminer en beauté», précise Greutert.