Romain Duris séduit encore

CINEMA Après «L'Arnacoeur», le comédien se glisse dans la peau d'un avocat, père de famille, et assassin dans «L'homme qui voulait vivre sa vie»...

C. V.

— 

Duris (à g.), ici père de famille et assassin.
Duris (à g.), ici père de famille et assassin. — N. GIRAUD

Les rôles de Romain Duris se suivent et ne se ressemblent pas. Après le serial séducteur de L'Arnacœur, le comédien se glisse dans la peau d'un avocat, père de famille, et assassin dans L'homme qui voulait vivre sa vie d'Eric Lartigau. S'inspirant d'un roman de Douglas Kennedy, le réalisateur de Prête-moi ta main se lance dans le thriller psychologique et offre un rôle en or au comédien.

 

Duris parvient à donner de la chair à un personnage en quête d'identité, comme perdu dans les limbes entre passé trop lourd et avenir incertain. Sa composition d'homme cherchant à se reconstruire loin des décombres de son ancienne existence touche grâce à la solidité d'une mise en scène discrète. Malgré une fin déroutante, ce suspense bien ficelé prend au cœur et aux tripes.