Cinéma

petits Exercices de huis Clos sur grand écran

rand fan d'Alfred Hitchcock, Rodrigo Cortés se réclame du « maître du suspense ». La Corde (1948), plan-séquence autour d'un assassinat, et Lifeboat (1943), huis clos dans un canot de sauvetage, l'on...

rand fan d'Alfred Hitchcock, Rodrigo Cortés se réclame du « maître du suspense ». La Corde (1948), plan-séquence autour d'un assassinat, et Lifeboat (1943), huis clos dans un canot de sauvetage, l'ont particulièrement influencé. La série télévisée « Alfred Hitchcock présente » avec notamment un épisode où un détenu se retrouve enterré vivant l'a aussi marqué.
Le jeune cinéaste n'est pas le premier à s'essayer à ce genre d'exercice de style. Robert Bresson et son résistant préparant une évasion dans Un con­damné à mort s'est échappé (1956) comme Joel Schumacher coinçant Colin Farrell dans la cabine de Phone Game (2003) ont aussi tenté l'expérience. « Mais je suis le seul à ne pas changer de décor et à rester fixé sur un seul acteur », insiste Rodrigo Cortés.C. V.