La guerre des mondes virtuels a commencé

ANIMATION En compétition à Annecy, le brillant film japonais «Summer Wars» sort aussi en salle...

Stéphane Leblanc

— 

Des adolescents en lutte contre un pirate informatique qui menace le monde réel.
Des adolescents en lutte contre un pirate informatique qui menace le monde réel. — EUROZOOM

De notre envoyé spécial à Annecy

Au secours, les avatars reviennent! Dès aujourd'hui en salle avec Summer Wars, un film comparable à un mille-feuille, alternant avec virtuosité les scènes de chronique campagnarde et de récit d'anticipation. Ce long métrage d'animation japonais, réalisé par Mamoru Hosoda, s'ouvre sur les images chatoyantes d'une plate-forme communautaire, OZ, qui ressemblerait à la fusion monstrueuse de Facebook, MSN, Google et PayPal. Les comptes des internautes du monde entier y sont tenus dans une ambiance policée confinant au bonheur. C'est évidemment un leurre.

Spectaculaire et addictif

L'action de Summer Wars se passe en réalité à la campagne, au cœur d'une famille réunie pour fêter l'anniversaire de l'aïeule. Et si les plus jeunes quittent le tatami du repas qui s'éternise, ce n'est pas qu'ils s'ennuient: c'est qu'un pirate informatique vient d'infiltrer la plate-forme communautaire, au point de provoquer, dans le monde réel, pannes d'électricité à répétition, embouteillages monstres et un risque de tsunami…

Désamorçant le sérieux du sujet par des notes d'humour et de légèreté fort bienvenues, le réalisateur Mamoru Hosoda injecte de l'humanité dans son cinéma fantastique pour un résultat spectaculaire comme un film catastrophe, et addictif comme un jeu vidéo. Coïncidence heureuse: la sortie en salle de Summer Wars s'accompagne d'une présentation en compétition au festival d'animation d'Annecy, où il apparaît comme un sérieux prétendant au Cristal du meilleur long métrage.