Aux bons soins du Dr von Trier

©2006 20 minutes

— 

« Tout ce qui a été dit et écrit sur moi est faux », déclare le cinéaste danois Lars von Trier en guise de prologue du documentaire qui accompagne les quatre DVD des deux saisons de « L'hôpital et ses fantômes » (« Riget », 1994-1997)

Cette série télévisée fantastique, dont l'action se déroule dans les arcanes d'un établissement hanté où médecins et patients sont tout aussi agités du bocal, témoigne de l'esprit ludique du réalisateur de Breaking the Waves et Dogville

On le sent prendre un malin plaisir à secouer le spectateur en tous sens avec ses images gore et ses revenants inquiétants

« Lars est du type bourgeois qui tond sa pelouse et met des pantoufles à la maison », précise toutefois le producteur Peter Aalbæk Jensen, torpillant avec humour l'image excentrique qu'entretient volontiers son complice

On découvre ainsi que le cinéaste danois a monté les marches du Festival de Cannes dans un smoking porté en 1928 par le cinéaste Carl Dreyer avant de l'entendre décrire, très pince-sans-rire, comment il a eu la vision d'une raie volante lors d'un voyage en voiture

Caroline Vié « L'hôpital et ses fantômes », 4 DVD, Opening, 30 euros

Le romancier Stephen King a acheté les droits de la série afin d'en produire un remake américain, « Kingdom Hospital ». Et les Japonais s'en sont inspirés pour créer « la plus grande maison hantée du monde », selon le Guiness Book. Près du mont Fuji, des visiteurs munis de lampes de poches sont confrontés à des médecins menaçants dans un dédale de pièces plongées dans l'obscurité.