Entretien avec le réalisateur Jim Jarmusch

© 20 minutes

— 

Jim Jarmusch Réalisateur de Broken Flowers. Pourquoi avoir dédié votre film à Jean Eustache ? J’avais la photo de ce grand cinéaste près de moi pendant que j’écrivais le scénario de Broken Flowers. J’ai même failli l’apporter à Cannes. Etre à Cannes, c’est important pour vous ? Je sais que l’on pourrait parfois se croire à une convention de vendeurs de chaussures devant ces gens qui parlent business. L’amour du cinéma est cependant toujours présent. Le festival m’a soutenu depuis le début de ma carrière, il y a vingt et un an. Comment définiriez- vous votre film ? Il est inclassable et c’est très bien ainsi. Je n’aime ni les catégories ni les concessions. Je tiens à garder un contrôle total sur mon oeuvre, que l’impact de manifestations comme Cannes m’aide à conserver. Pourquoi avoir choisi Bill Murray pour jouer un Don Juan vieillissant ? Je ne voulais pas d’un acteur beau gosse, genre Alain Delon grisonnant. Bill sait communiquer le désarroi du séducteur passif qui comprend qu’il manque quelque chose à sa vie. Personne n’aurait pu faire cela mieux que lui. Pouvez-vous dire quelque chose en français ? (En français) Je parle le français comme un pied !