Entretien avec Déborah François

© 20 minutes

— 

Déborah François, 18 ans la semaine prochaine, n’en revient pas d’être à Cannes pour présenter L’Enfant, le nouveau film des frères Dardenne. « Il y a deux jours, j’étais au lycée. Après le festival, j’y retournerai. En attendant, je ne comprends pas très bien ce qui m’arrive. On me promène à droite et à gauche sans trop me demander mon avis. » Le look de la jeune comédienne, toute menue en jupette et tee-shirt, mais délicatement maquillée, évoque à la fois son personnage d’adolescente ordinaire et son statut de star en devenir. Les cinéastes belges l’ont choisie après une audition pour interpréter une maman à peine sortie de l’enfance. « J’ai sauté de joie lorsque j’ai appris qu’ils m’avaient sélectionnée. Ce sont des types formidables, mais très exigeants dans le travail. Ils pouvaient même se montrer très durs pendant le tournage. » Déborah n’en veut pas à ses mentors. Elle adore le résultat final, bien qu’il lui semble étrange de se voir à l’écran. « Je ne peux pas me sentir émue comme les autres spectateurs parce que je me souviens trop de notre travail. Il m’arrive cependant d’oublier que c’est moi qui interprète cette fille paumée. » L’expérience a convaincu la jeune Belge de continuer à jouer la comédie. Elle s’intéresse à tous les aspects de son métier avec une passion dévorante. « Je découvre aujourd’hui ce qu’est la promotion, un élément essentiel dans mon travail. C’est assez intense, un peu comme un tournage des frères Dardenne ! Je me demande où vont tous ces gens qui courent partout ! » Pas midinette pour deux sous, Déborah François ne rêve pas de croiser des stars. Sa seule crainte est de trébucher sur les marches ou de perdre sa belle robe devant les photographes. « Jouer dans L’Enfant était inespéré, dit-elle. Aller à Cannes l’était plus encore. J’espère que je saurai me montrer digne de ma chance. » Caroline Vié

le film Fidèles à leur style naturaliste, Jean-Pierre et Luc Dardenne plongent de nouveau dans la misère d’une humanité défavorisée. L’enfant, qui donne son titre à cette chronique âpre, est le bébé d’un jeune couple plus apte à chahuter qu’à jouer au papa et à la maman. Jérémie Renier, découvert dans La Promesse, est étonnant de roublardise candide. Et Déborah François, en adolescente paumée accédant peu à peu à l’âge adulte au contact de la maternité, est la révélation du film.