«Hors-la-loi»: Manifestations autour de la projection

CANNES Le film suscite la polémique et de nombreux évènements sont prévus en signe de protestation...

Judith Duportail avec agences

— 

Sipa
Objet de virulentes critiques avant même sa sortie, le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb est projeté ce vendredi au Festival de Cannes. Le film, qui évoque les émeutes du 8 mai 1945 à Sétif, a été accusé de «falsifier l'histoire» par l'extrême droite, des associations d'anciens combattants et le député UMP des Alpes-Maritimes Lionel Luca.

Le Front National appelle ainsi à «manifester» et a donné rendez-vous ce vendredi à 10 heures (heure de projection du film) devant la mairie. Un important dispositif de sécurité a été mis en place.

Manifestation silencieuse

Le maire de Cannes Bernard Brochand (UMP), qui a vu le film, a également choisi ce vendredi pour rendre hommage à 10h30 aux «victimes françaises» de la guerre d'Algérie et des évènements de Sétif. «Le but de cette cérémonie, c'est qu'aucune victime de Sétif ne soit oubliée, ce qui n'est pas le cas dans le film», a déclaré David Lisnard, premier adjoint du maire. Selon lui, le film de Rachid Bouchareb évoque les massacres de Sétif, au cours desquels des milliers d'Algériens sont morts, sans mentionner les «massacres d'Européens» qui les ont  précédés.

Par ailleurs, des députés du groupe d'études sur les Rapatriés de l'Assemblée nationale
manifesteront silencieusement ce vendredi sur la Croisette pour protester contre la projection du film. Ce groupe rassemble 49 députés appartenant, pour la plupart, au groupe UMP.
Histoire

A la suite d'une manifestation le 8 mai 1945 à Sétif qui avait dégénéré en émeute, l'armée française avait engagé une sanglante répression. Le nombre de victimes varie, selon les sources, de 2.000 à 45.000.