«Hors la loi» sous surveillance

CANNES Rachid Bouchareb présente son film controversé ce vendredi...

Bérénice Dubuc et Caroline Vié

— 

Sipa

De nos envoyées spéciales à Cannes

Cannes sera un festival fort protégé aujourd’hui pour éviter les débordements que pourrait provoquer la projection de Hors-la-loi, le long métrage très attendu de Rachid Bouchareb sélectionné en compétition officielle. «Ce film crée des émois, c’est à nous d’en estimer les conséquences. Nous prenons toutes les dispositions pour qu’il n’y ait pas d’incident» , explique le commandant Michel Pujol, chef du service d’appui opérationnel des CRS.

Accusé de «falsifier l’histoire»

La polémique a enflé sur la façon dont le réalisateur d’Indigènes raconte l’histoire de trois frères témoins des massacres de Sétif en mai 1945 et leur évolution sur fond de guerre d’indépendance de l’Algérie. Depuis que le député UMP des Alpes-Maritimes Lionel Luca a accusé Rachid Bouchareb de «falsifier l’histoire», on peut craindre quelques esprits échauffés.

>> Notre reportage sur la croisette en état d'alerte est ici

Dès 10 h 30, les forces de l’ordre seront mobilisées au monument aux morts de l’hôtel de ville où se déroulera une cérémonie en hommage aux victimes  françaisesde la guerre d’Algérie et des événements de Sétif. «Il risque d’y avoir une manifestation, mais on n’est pas alarmistes sur le sujet, car nous sommes habitués. Nous travaillons avec les services d’investigation et de recherche [anciens RG], qui nous renseignent. Evaluer le risque et s’adapter, c’est notre métier», précise le commandant Pujol. Pendant ce temps, les festivaliers seront en train d’assister à la première projection du film, où ils pourront juger sur pièces des qualités artistiques de cette fiction historique sur laquelle beaucoup ont glosé sans en avoir vu une image.

>> Tous nos articles sur le festival sont par là