«La nostra vita», portrait d'une Italie qui souffre

CRITIQUE L'histoire de l'Italie à travers la vie d'un homme...

A Cannes, Caroline Vié

— 

Daniele Luchetti à Rome le 8 mai
Daniele Luchetti à Rome le 8 mai — SIPA

Si vous avez manqué  le début

Claudio, contremaître de chantier, trouve le cadavre d’un ouvrier dans une cage d’ascenseur en construction. De peur que les travaux s’arrêtent, il dissimule le cadavre et ne parle de l’accident à personne. Peu de temps après, sa femme qu’il adore meurt en couches le laissant seul avec trois enfants.
 

Les têtes d’affiche

Daniele Luchetti est connu en France pour avoir réalisé Le porteur de serviette (1991) et Mon frère est fils unique (2007).
Sandro Petraglia et Stefano Rulli ont signé ensemble les scénarios de Romanzo Criminale de Michele Placido et de Nos meilleures années de Marco Tullio Giordana.
Elio Germano apparaît dans Nine de Rob Marshall, mais on l’a aussi vu dans Nos meilleures années.
 

Backstage

Daniele Luchetti a apporté un grand soin aux décors et aux costumes qui devaient refléter la condition sociale de ses personnages. Il a souhaité donner un style documentaire à son film en utilisant principalement la lumière naturelle. De nombreux comédiens non professionnels, enfants ou ouvriers, ont participé au tournage. Le réalisateur a ensuite reconstruit son récit en le retravaillant avec le monteur Mirco Garrone.
 

Le plus

La sincérité évidente du réalisateur et son amour palpable pour ses personnages. On sent à chaque instant l’enthousiasme du cinéaste pour ses comédiens. Certaines scènes font mouche quand Daniele Luchetti opère dans la retenue.
 

Le moins

Le film manque cruellement de point de vue ce qui fait qu’on comprend mal le propos de Luchetti. Son état des lieux de l’Italie actuelle souffre, de plus, d’un dénouement artificiel. Sa maladresse pour mettre en scène un héros bas du front et un brin raciste fait perdre la compassion que l’on devrait ressentir pour le personnage. L’ensemble se révèle trop caricatural pour convaincre.

La réplique

- «Les talons hauts, c’est comme la famille, c’est chiant, mais ça aide.»
 

La vidéo