«Blue Valentine»: Autopsie du naufrage d’un couple

Caroline Vié à Cannes

— 

L'équipe de Blue Valentine à Cannes le 18 mai. De gauche à droite:Ryan Gosling, Derek Cianfrance et Michelle Williams.
L'équipe de Blue Valentine à Cannes le 18 mai. De gauche à droite:Ryan Gosling, Derek Cianfrance et Michelle Williams. — C. HARTMANN/REUTERS

Si vous avez manqué le début

Dean et Cindy se déchirent et peinent à se supporter. Il insiste pour l’emmener dans un hôtel afin de passer une dernière nuit d’amour et de sauver leur mariage. Ils se souviennent de leur rencontre et de leurs premiers moments ensemble, mais cela suffira-t-il à les convaincre de rester ensemble ne serait-ce que pour préserver le bonheur de leur petite fille?

 
Les têtes d’affiche

Michelle Williams a été remarquée dans Le secret de Brokeback Moutain d’Ang Lee qui lui a valu d’être citée à l’Oscar. On l’a vue aussi dans The Station Agent de Todd McCarthy.Ryan Gosling a gagné les faveurs du public grâce à de nombreux films indépendants comme Danny Balint, Une fiancée pas comme les autres et Half Nelson.Le réalisateur Derek Cianfrance signe ici son deuxième long-métrage après Brother Tied.
 

Backstage

Le réalisateur a mis onze ans à finaliser son projet qui a été inspiré par la peur qu’il avait de voir ses parents divorcer. Il a tourné en Super 16 mn afin de bénéficier d’un matériel léger et il a fait travailler ses acteurs pendant quatre ans. Il leur avait même confié de petites caméras vidéo pour qu’il fassent des «films de famille» de leurs personnages. Le tournage a duré trente jours et les scènes de rencontre entre les deux héros ont été filmées chronologiquement afin de les aider dans leur travail. Le film n’a pas encore de distributeur en France et compte sur son passage à Cannes pour en dénicher un.
 

Le plus

Cette autopsie du naufrage d’un couple est prenante car le réalisateur a évité tout manichéisme. Ses deux acteurs portent le film en évitant faisant comprendre les motivations de leurs personnages sans les rendre caricaturaux. Certains passages sont vraiment bouleversants car Derak Cianfrance a trouvé l’équilibre entre les moments de bonheur et les passages poignants.
 

Le moins

Le film gagnerait à être un tout petit moins long et un tout petit peu plus rythmé.
 

La vidéo