Les policiers municipaux font aussi leur cinéma

CANNES Ils manifestaient ce lundi après-midi en marge du Festival...

Bérénice Dubuc

— 

Des policiers municipaux manifestent à Cannes, le 17 mai 2010.
Des policiers municipaux manifestent à Cannes, le 17 mai 2010. — 20 MINUTES

Rangers contre stilettos. Ce lundi après-midi, les rues cannoises n'ont pas vu défiler des stars hollywoodiennes glamour, mais des policiers municipaux en colère. Une petite centaine d'entre eux, emmenés par le syndicat national des policiers municipaux (SNPM), FO, la CFTC et la CFDT, ont manifesté, portant leurs chasubles, à grand renfort de sifflets, de klaxons et de coup de tambour. Le festival est en effet «une caisse de résonance, le moyen de se faire entendre au niveau national», explique Frédéric Foncel, vice-président national du SNPM.

Escortés par deux motards et une poignée de CRS, ils sont partis du Vieux Port vers 14h15 pour effectuer une grande boucle passant par le boulevard de La Ferrage, la rue du Maréchal Joffre, avant de retomber sur la Croisette, juste en face du Palais des Festivals. Aucun débordement à signaler, si ce n'est que l'un des manifestants s'est fait interpeller par la sécurité du festival alors qu'il tentait de pénétrer dans le Palais pour y placer une banderole.

Mesures sociales et liberté d'expression

Les policiers cannois demandent un renfort des effectifs, et revendiquent un meilleur statut social aussi bien au niveau des salaires que des retraites. «Nous touchons 300 à 400 euros de moins que les membres de la police nationale souvent pour les mêmes missions mais avec moins de moyens donnés», explique Frédéric Foncel. Par cette manifestation, ils cherchent également à s'exprimer.

En effet, comme l'explique, Frédéric Foncel «le député-maire de Cannes, Bernard Brochand, est d'accord avec nos revendications, mais ne veut pas de ça chez lui. Il a refusé que, comme dans d'autres villes, nous mettions des affichettes avec nos revendications sur les voitures, alors nous avons décidé qu‚il y aurait des banderoles et une grande manifestation pendant le Festival. Nous comptons d'ailleurs passer une bonne partie de l'après-midi à 100-150 mètres des marches et faire du bruit.» Et ce n'est qu'une avant-première, avant la grande manifestation unitaire nationale du 1er juin à Marseille.