«L’Autre Monde», plongée dans un univers virtuel

CINEMA Le dernier film de Gilles Marchand est présenté à Cannes, avec de nombreuses têtes d'affiches...

Caroline Vié

— 

De notre envoyée spéciale à Cannes

Si vous avez manqué le début

Gaspard mène une vie paisible dans le Sud de la France entre ses amis et sa copine Marion. La découverte d’un téléphone portable va lui permettre de sauver Sam, ravissante internaute qui a tenté de se suicider avec un ami. Fasciné par la belle jeune femme, il délaisse ses proches et commence à se passionner pour l’univers virtuel dans lequel elle s’est créé un avatar.

Les têtes d’affiches

Avant de signer sa première réalisation avec Qui a tué Bambi?, présenté à Cannes en 2003, Gilles Marchand à collaboré aux scénarios de Lemming et Harry, un ami qui vous veut du bien de Dominik Moll et Ressources humaines de Laurent Cantet. Louise Bourgoin a été très remarquée dans La fille de Monaco d’Anne Fontaine avant de devenir Adèle Blanc-Sec pour Luc Besson. Grégoire Leprince-Ringuet est à l’affiche de La princesse de Montpensier également présenté à Cannes cette année. Avant, on l’avait notamment vu dans La belle personne de Christophe Honoré.

Backstage

Black Hole, le nom du jeu auquel participent les héros, est une référence à une bande dessinée culte de Charles Burns. C’est en voyant un jeune homme absorbé par un jeu vidéo dans un magasin que le réalisateur a eu l’idée de son film. Pour créer cet univers parallèle qu’il a voulu épuré, il a fait appel à Djibril Glissant qui s’est chargé de superviser l’animation avec les sociétés WFX et Mocaplab.

Le plus

Le scénario, co-écrit avec Dominik Moll est vraiment amusant et le monde virtuel se révèle très convaincant. L’auteur décrit les jeux plus ou moins dangereux auxquels se livrent les différents personnages de façon fascinante. Il rend aussi très crédible l’évolution du héros. On passe un bon moment en compagnie de comédiens en phase.

Le moins

Certaines séquences entre le héros et sa copine sont trop étirées et l’ensemble, un brin prévisible, manque de subtilité dans la psychologie des personnages secondaires, surtout quand ils sont antipathiques.

La réplique

«Les trois-quarts des filles que tu vas croiser ici sont des mecs. C’est dommage: certaines sont mignonnes.»

La vidéo