Cannes 2010: Tim burton émerveillé de présider la planète ciné

JURY Le cinéaste est ravi de son rôle de président. Au grand dam de sa femme, Helena Bonham Carter...

Caroline Vié

— 

Le cinéaste est plus ravi d'être au festival que sa femme l'actrice Helena Bonham Carter.
Le cinéaste est plus ravi d'être au festival que sa femme l'actrice Helena Bonham Carter. — VILLARD / SIPA

Le cinéaste Tim Burton déborde de joie à l'idée d'avoir accepté d'être le président du jury de Cannes. «J'ai passé deux années enfermé dans l'univers de Lewis Carroll pour Alice et je suis impatient d'aller au festival, un autre pays des merveilles qui me permettra de me reconnecter avec la planète cinéma», avouait-il enchanté au moment de la sortie de son film en France. Helena Bonham Carter, sa compagne et la mère de ses enfants, ne partage pas son enthousiasme: «J'aimerais qu'on passe un peu de temps tranquille en famille. Il a vécu à Los Angeles pendant des mois pour terminer Alice.»

Magré ses efforts, Helena n'est pas parvenue à convaincre Tim de renoncer à cet honneur. «J'ai pourtant insisté de façon très claire, mais il n'a rien voulu entendre. Je plains les jurés qui chercheront à le faire changer d'idée au moment des délibérations. Quand il s'est fourré une idée en tête, il peut être très obstiné!» Burton proteste vigoureusement à l'idée qu'on puisse le considérer comme un tyran. «Je ne me conduirai ni comme la Reine Blanche d'Alice trop coulante, ni comme la Reine Rouge trop autoritaire. Je serai Mr. Cool avec tout le monde. Je n'essaierai pas d'imposer mes vues.»

Un mauvais souvenir pour Helena

Le président, grand cinéphile, se réjouit surtout à l'idée de faire des découvertes. «Je suis quelqu'un de très ouvert qui ne demande qu'à se faire surprendre. Et puis, je connais bien Cannes où j'évolue en terrain familier.» Une perspective qui à l'inverse angoisse Helena Bonham Carter. «Pour être honnête, je ne suis pas une grande fan du festival, mais les gens s'attendent à ce que j'accompagne Tim, alors je n'ai pas le choix. » Elle a fait partie du jury présidé en 2006 par Wong Kar-wai. Pas le meilleur des souvenirs pour la comédienne. «On a l'impression de faire partie de la famille royale d'Angleterre car on est tout le temps en vitrine et on ne s'appartient pas du tout. Et puis, Tim peut se permettre d'apparaître comme il est: sans même se passer un coup de peigne alors que la donne est différente pour une femme contrainte de se pomponner!»