Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
STARComment Song Kang-ho et moi avons piqué un fou rire à Cannes

Festival de Cannes 2023 : Comment Song Kang-ho et moi avons piqué un fou rire en interview

STAR
Récit d’une interview de Song Kang-ho, l’acteur star de « Parasite », qui s’est révélée aussi chaotique que le film de Kim Jee-Woon projeté hors compétition
Song Kang-ho  au photo-call de « Dans la Toile » de Kim Jee-Woon
Song Kang-ho au photo-call de « Dans la Toile » de Kim Jee-Woon - Vianney Le Caer/AP/SIPA / SIPA
De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

L'essentiel

  • Récompensé l’an dernier à Cannes pour « Les bonnes étoiles » d’Hirokazu Kore-eda, Song Kang-ho a été découvert par le grand public avec « Parasite » de Bong Joon-ho qui en a fait l’acteur emblématique du cinéma sud-coréen.
  • Notre journaliste ciné l’a rencontré pour parler de « Dans la toile » de Kim Jee-woon, où il incarne un cinéaste qui tente de terminer son film dans un chaos absolu.
  • L’interview s’est révélée aussi tumultueuse que l’action du film de Kim Je-woon.

Entre Song Kang-ho et le Festival Cannes, c’est une grande histoire d’amour. L’acteur sud-coréen y a connu un triomphe grâce à la Palme d’or de Parasite de Bong Joon-ho avant de recevoir un prix d’interprétation l’an passé pour Les Bonnes étoiles d’Hirokazu Kore-eda. Le voilà de retour cette année pour Dans la toile de Kim Jee-woon dans lequel il incarne un cinéaste un peu trop investi dans le tournage de son film.

J’étais ravie qu’il m’accorde une interview qui a tourné au franc délire quand un hélicoptère a atterri sur la terrasse où nous étions en train de converser.

Le coup de l’hélicoptère

L’acteur emblématique du cinéma sud-coréen n’a, hélas, aucune chance de remporter un deuxième prix d'interprétation, le film de Kim Jee-woon étant présenté hors compétition mais il n’est pas frustré pour autant. « Je l’ai eu l’année dernière, alors, ça va », me raconte-t-il en souriant tandis que l’hélicoptère se rapproche et qu’on s’entend de moins en moins. L’hélicoptère s’est posé. Le temps pour Song Kang-ho de me confier que le succès international n’a pas changé sa vie, ni sa carrière. « Je pensais qu’on allait me proposer des tas de choses différentes mais, fait, je ne vois pas vraiment de différence. » L’hélicoptère repart et fait du sur-place. Obligés de hausser le ton.

« Je crois que je serais capable de supporter un cinéaste aussi pénible que celui que je joue dans le film, mais je n’en ai jamais rencontré d’aussi fou, dit-il. Kim Jee-woon, par exemple, est très posé. ». Son personnage, cinéaste tentant de s’imposer dans le Séoul de 1970, n’hésite pas à mettre équipe et comédiens en danger pour donner vie à son projet, celui qui, espère-t-il, le fera enfin reconnaître comme un grand nom du 7e art.


nos articles sur cannes sont ici

L’hélicoptère s’en va. Dix secondes de calme. « Je choisis souvent mes rôles en fonction du réalisateur, avoue-t-il. Kim Jee-woon et moi avons fait nos débuts ensemble. » Sous la terrasse, quelqu’un vide un conteneur de verre. On croirait être au milieu des bouteilles. Et on pique un fou rire. « Je me prépare à tourner une série pour la première fois de ma vie, explique l’acteur en s’essuyant les yeux. Avant que nous recommencions à glousser comme deux volailles. « Cette interview est si délirante que Kim Jee-woon aurait pu la mettre dans son film…, commente-t-il en essayant de retrouver son sérieux. Ou peut-être dans le prochain » Comme ce serait bien !

Sujets liés