Festival de Cannes: Deux films bouleversent le cycle de diffusion des cinémas

CINEMA Le dernier film de Jean-Luc Godard sera disponible en vidéo à la demande la veille de sa sortie en salles. Celui sur Carlos sera diffusé le même jour sur Canal +...

Capucine Cousin, avec Stéphane Leblanc

— 

Affiche du film «Film Socialisme» de Jean-Luc Godard, en salles le 20 mai 2010
Affiche du film «Film Socialisme» de Jean-Luc Godard, en salles le 20 mai 2010 — DR

Les projections à Cannes seraient-elles en train d’être désacralisées? Alors que le milieu du cinéma se prépare à sa grand-messe annuelle, à deux jours de l’ouverture du festival de Cannes, deux réalisateurs ont pris des initiatives d’un nouveau genre, qui pourraient passer pour de la provoc’.

Le film Carlos d'Olivier Assayas, présenté en sélection officielle à Cannes, sera diffusé le même jour sur Canal+. Puis il sera diffusé sur Arte cet automne. De fait, ce tryptique produit par l’unité fiction de Canal+ était initialement destiné à la télé. La question de sa sortie en salles reste pour l'instant en suspens.

Godard en vidéo à la demande

Jean-Luc Godard, dont Film Socialisme sera présenté dans la section Un Certain regard, proposera carrément son film en vidéo à la demande (VoD) sur la plateforme Filmo TV (Wild Bunch), le 19 mai, la veille de sa sortie en salles.

Pourquoi le maître de la Nouvelle Vague a opté pour un tel mode de diffusion? «Le film, c’est un tout, qui est distribué en salles, mais aussi par Wild Bunch, notre premier actionnaire», explique Bruno Delecour, ex-patron de Canal Sat, maintenant aux manettes de Filmo TV. En clair, la maison de production du film mise sur la plateforme de VoD où elle est actionnaire.

Il y a aussi des préoccupations marketing: «A bout de souffle [film-culte de Jean-Luc Godard] fête ses 50 ans, il s’agit d’une opération de communication dans ce cadre. Cela permet de créer du buzz sur Internet, notamment auprès des jeunes, qui ne connaissent pas forcément la Nouvelle Vague», ajoute Bruno Delecour.

Chronologie des médias

Deux cas qui révèlent, en creux, des coups de canifs donnés dans la chronologie des médias. La chrono-quoi? Il s’agit du délai prévu entre la sortie d'un film au cinéma et sa publication en DVD, mais aussi sa diffusion en VoD, et à la télévision. Soit un délai de quatre mois après la sortie en salles, pour l'exploitation des films en VoD et DVD.

De quoi inquiéter le PDG du groupe de cinéma Pathé (production, distribution, exploitation) Jérôme Seydoux. Si les opérateurs télécoms pouvaient «offrir dès leur sortie tous les films en VoD» comme ils le souhaitent, «cela condamnerait les salles et donc le cinéma», déclare-t-il dans Les Echos de lundi.

De fait, «si la salle n'est plus en mesure de proposer des exclusivités, elle disparaîtra», tonne Jérôme Seydoux. «Ce n'est pas grave, pour un film, de sortir directement en DVD ou en VoD. Cela vaut mieux qu'une exploitation en salle qui ne fonctionne pas. En revanche, il est indispensable que la chronologie des médias soit respectée», affirme le patron de Pathé dont les films sortent - avec ceux de Gaumont - dans le circuit de sa filiale EuroPalaces.

Il a des raisons de flipper: le groupe Pathé ne possède pas de plateforme de VoD, de facto un circuit de distribution des films à part entière. Contrairement à d’autres exploitants, comme MK2 via la plateforme CanalPlay.