20 Minutes : Actualités et infos en direct
ANIMATION« Unicorn Wars » plonge deux oursons dans l’enfer d’une guerre gorissime

« Unicorn Wars » : Deux oursons rivaux déclarent la guerre aux licornes et plongent en enfer

ANIMATIONDeux frères nounours partent en guerre contre les licornes dans « Unicorn Wars », en salle ce mercredi mais interdit aux moins de 12 ans
« Unicorn Wars » d'Alberto Vázquez
« Unicorn Wars » d'Alberto Vázquez - UFO Distribution / 20 Minutes
Caroline Vié

Caroline Vié

L'essentiel

  • Deux oursons font la guerre aux licornes tout en essayant de conquérir l’attention de leur mère.
  • Alberto Vázquez jongle avec les différents styles de dessin pour signer une fable politique violente.
  • « Unicorn Wars » surprend par sa brutalité et son intelligence.

C’était l’un des chocs du Festival d’Annecy 2022 et notre film d’animation favori. Unicorn Wars d’Alberto Vázquez mêle une esthétique enfantine qui fait penser aux Bisounours à des séquences de guerre violentes – voire carrément gore - digne de films guerriers comme Apocalypse Now de Francis Ford Coppola ou Tu ne tueras point de Mel Gibson.



Deux nounours frères et guerriers, aux looks de dessins animés enfantins, y affrontent les licornes dans un déferlement de brutalité ahurissant qui vaut au film d’être interdit aux moins de 12 ans. « Mon souhait était que les spectateurs s’attendent à une comédie mais se retrouvent confrontés à un drame très dur, explique Alberto Vázquez à 20 Minutes. Ce décalage entre le design des héros et ce qu’ils vivent me semblait passionnant. » Le réalisateur de Psiconautas n’y va pas avec le dos de la cuillère pour cette fable pacifiste et écologique d’une grande originalité.

Une fable politique et philosophique

Le duo d’oursons lutte contre les licornes, leurs ennemies depuis des lustres, mais les frères se battent aussi entre eux pour attirer les faveurs de leur mère. On pense à Happy Tree Friends devant une esthétique acidulée alliée à des effets sanglants mais Unicorn Wars va plus loin que le gore joyeusement provocateur. C’est une véritable fable politique et philosophique que nous livre le réalisateur espagnol. « Unicorn Wars dénonce les dictatures qu’elles soient politiques ou religieuse ainsi que les atrocités que les humains font subir à la nature », insiste le cinéaste.

La liberté de ton d’Alberto Vázquez surprend constamment. « Il fallait étonner le spectateur, le secouer sans jamais le lâcher pour qu’il éprouve dans sa chair ce que ressentent des personnages contraints de participer à des actes atroces dont ils ne connaissent pas vraiment la raison. » Et cela fonctionne si bien qu’on se laisse totalement emporter dans un torrent de sensations. Alberto Vázquez jongle avec les styles graphiques avec maestria dans un monde sans pitié.

Plus personne n’osera jamais prétendre que l’animation pour adultes n’a pas de beaux jours devant elle après avoir participé aux Unicorn Wars. Ce film virtuose est fait de l’étoffe dont on tisse les cauchemars tout en offrant une réflexion aiguë sur le monde.

Sujets liés