« Avatar : La Voie de l’eau » : Saurez-vous supporter sa durée hors-norme de trois heures douze ?

SUITE « 20 Minutes » l’a vu et apprécié, mais donne quand même ses recommandations pour savourer au mieux « Avatar : La Voie de l’eau », en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
« Avatar: La Voie de l'eau » de James Camerpn
« Avatar: La Voie de l'eau » de James Camerpn — 20th Century Studios/Walt Disney Company
  • « Avatar : La Voie de l’eau » de James Cameron correspond très exactement à ce qu’on peut en attendre.
  • On ne sent pas les plus de trois heures de projection passer à condition de suivre quelques principes simples.
  • Ce film immersif est une réussite et un plaisir pour qui apprécie l’univers de James Cameron.

On l’a vu et on vous le confirme : Avatar : La Voie de l’eau de James Cameron dure bien 3h12 (oui, oui, trois heures douze minutes). Mais pas de panique : « Je pense qu’il fallait prendre le temps de raconter cette histoire et de montrer la beauté de la planète Pandora », confie James Cameron à 20 Minutes. Bien sûr, il faut pouvoir y consacrer sa matinée, son après-midi ou sa soirée, mais ces 3h12 de film, on ne les sent pas passer. On les savoure au contraire, à condition de suivre quelques recommandations.



Etre conscient que c’est bien « Avatar » qu’on va voir

Avatar, c’est Avatar. Cette lapalissade est, bien évidemment, une boutade mais elle contient un fond de sagesse. Les films se ressemblent mais Avatar 2 va encore plus loin dans l’immersion. L’univers de James Cameron est très particulier. De la poésie teintée d’humanisme qu’on peut, au choix, trouver un brin cucul ou bouleversante et une esthétique très marquée. Le film est une somme des passions et obsessions de son auteur, entre poursuites vertigineuses, émotions extra-larges, message écologique et suspense haletant. La traque d’un peuple pacifique par des soldats humains prêts à tous les coups fourrés possibles pour tuer le héros contient ces ingrédients. Avoir envie de tout cela est un bon début pour apprécier le film.

Avoir vu le premier « Avatar »

Ce n’est pas indispensable, mais c’est un « plus » non négligeable. Etre familier des personnages campés par Zoe Saldana, Sam Worthington ou Sigourney Weaver augmente clairement l’empathie d’un public qui les retrouve avec bonheur. La famille de Jake Sully traquée par le très méchant Miles Quarritch est encore plus attachante si on l’a déjà rencontrée. Le désir de vengeance du militaire est aussi compréhensible quand on a vécu ses précédentes aventures. Entre les 14 millions de spectateurs qui avaient vu le film en 2009 et les 335.000 spectateurs qui y sont allés lors de la ressortie du film, le 14 décembre dernier, beaucoup de personnes entrent dans cette catégorie.

Aimer l’univers d' « Avatar »

Il n’est pas judicieux d’acheter de la tarte à la crème quand on n’aime ni la crème, ni la tarte. Si vous avez trouvé le premier Avatar assommant, que le monde de Pandora vous semble d’une laideur absolue, que la couleur azur vous révulse et que la science-fiction vous donne des envies de sieste, ce n’est peut-être pas la peine d’aller voir La Voie de l’eau. Les salles de cinéma regorgent de films qui correspondront davantage à vos aspirations. Ce mercredi, la comédie Mon Héroïne de Noémie Lefort sur une jeune réalisatrice française rêvant de rencontrer Julia Roberts est moins bleue mais très amusante. Ernest et Célestine : Le Voyage en Charabie de Julien Chheng et Jean-Christophe Roger apporte également dépaysement et poésie en permettant de retrouver l’ours et sa souris préférée.

Prendre ses précautions avant de voir « Avatar »

Tout le monde n’est pas une princesse et trois heures sans « pause pipi » peuvent sembler très longues. Il est donc déconseillé de boire deux litres de soda ou de siroter un thé avant la projection. Il est, en revanche, recommandé de faire un arrêt aux toilettes avant la projection. D’autant plus que, comme une bonne partie de l’action se déroule dans l’eau, les envies peuvent survenir inopinément. Et il faut aussi s’assurer de ne pas être réfractaires la 3D. Voir ce film « en plat » serait plus que dommage : presque une faute de goût tant le film est conçu pour être vu sur l’écran le plus grand possible pour profiter d’un relief optimal et d’une immersion absolue.

Une petite dernière recommandation pour la route ?

Si nos conseils ne vous font pas peur, vous n’hésiterez pas à prendre le temps de vous régaler grâce à l’une des plus belles 3-D jamais réalisées. Avec ses images sublimes et ses grands sentiments, Avatar : La Voie de l’eau invite à un voyage cinématographique qui dépasse tout ce qu’on pouvait imaginer.