« Werewolf By Night » : Gael Garcia Bernal passe du côté obscur de Marvel et le mord à pleines dents

HORREUR Gael Garcia Bernal incarne un surprenant héros horrifique dans « Werewolf By Night », incursion en noir et blanc dans l’univers Marvel disponible ce vendredi sur Disney+

Caroline Vié
« Werewolf By Night » : Gael Garcia Bernal mord son rôle à pleines dents chez Marvel — 20 Minutes
  • Gael Garcia Bernal se glisse dans un rôle mystérieux et fascinant pour « Werewolf By Night », moyen métrage en noir et blanc qui plonge dans un recoin très sombre de l’univers Marvel.
  • Des chasseurs de monstres se disputent une pierre magique dans cet hommage aux classiques du cinéma d’horreur signé du compositeur Michael Giacchino.

Ils sont venus, ils sont tous là. Gael Garcia Bernal notamment, qui incarne un personnage mystérieux au milieu d’un beau groupe de chasseurs de monstres réuni pour savoir qui va hériter d’une pierre aux puissants pouvoirs. Avec Werewolf at Night, moyen métrage en noir et blanc où le rouge s’invite parfois pour des effets très réussis Michael Giacchino signe une production Marvel en forme de moyen-métrage horrifique d’une heure, apéritif idéal avant Halloween disponible dès vendredi sur Disney+.

« Il s’agit d’un hommage aux classiques du cinéma d’horreur, explique le comédien à 20 Minutes. C’est un univers que Michael Giacchino adore et qu’il a voulu faire renaître à l’écran. » Le réalisateur, qui signe ici son premier film, est surtout connu comme compositeur oscarisé de la musique de Là-haut de Pete Docter en 2010.

Dans toutes les cultures

« Les loups-garous sont des personnages fascinants, commente Gael Garcia Bernal en faisant référence au « werewolf » du titre. Quelles créatures idéales pour parler de la mort et de la vie à quelques jours d’Halloween ! » Le côté sombre de ces aventures a séduit l’acteur. « Les loups-garous ont leur équivalent dans toutes les cultures, explique l’acteur. C’était parfois le moyen de diaboliser des gens qui vivaient en marge de la société. »

Le film plonge le public dans les recoins sombres de la mythologie Marvel, un bonheur pour les amoureux du genre. « Le fantastique permet toutes sortes de fantaisies, précise Gael Garcia Bernal. C’est un type de cinéma très amusant à jouer car ses possibilités sont inépuisables. Je rêve de retrouver ce personnage. »

L’arrivée de Gael Garcia Bernal chez Marvel se fait de façon flamboyante tant il semble se régaler entre combats et dialogues avec une chasseresse dynamique et dialogues avec une créature tentaculaire dont le physique pas vraiment facile cache un cœur d’or. « Mon personnage a vécu plusieurs centaines d’années ce qui lui donne une certaine philosophie de la vie précise-t-il et, sans spoiler, il lui arrive quelque chose d’étrange à chaque pleine lune. »

Comme un cauchemar enfantin

Bien qu’on se doute assez vite de ce qui survient au héros, l’atmosphère gothique de ce conte fait mouche. « Je me sens particulièrement chanceux d’avoir pu participer à cette aventure car c’est avec des films comme celui-ci car on y retrouve l’essence et le côté ludique du jeu d’acteur », explique Gael Garcia Bernal. Le spectateur, quant à lui, renoue avec les frissons de ses cauchemars d’enfant.