Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
DESACCORD« Tout est loin de moi »… Yoann Barbereau amer envers le film Kompromat

« Tout cela est loin de moi », réagit Yoann Barbereau, qui a inspiré le film « Kompromat »

DESACCORD
L’homme qui a directement inspiré l’histoire du dernier thriller de Jérôme Salle confirme qu’il n’a pas été associé au film et qu’il ne l’apprécie pas
Poursuivi par les autorités russes, Yoann Barbereau a fui la Sibérie pour éviter une longue peine de prison.
Poursuivi par les autorités russes, Yoann Barbereau a fui la Sibérie pour éviter une longue peine de prison.  - Yves Marie Quemener / DR
Frédéric Brenon

F.B.

L'essentiel

  • «Kompromat », de Jérôme Salle, est sorti mercredi. Gilles Lellouche y endosse le rôle principal.
  • Le film raconte, sans le citer, le complot dont aurait été victime Yoann Barbereau en Russie, puis sa cavale pour rejoindre la France.
  • Yoann Barbereau exprime sa distance envers le scénario, qu’il considère trop éloigné de sa véritable histoire, couchée dans un livre publié en 2020.

Il n’avait encore jamais pris la parole pour dire ce qu’il pensait du film et expliquer pourquoi l’équipe ne prononçait jamais son nom lors des opérations de promotion. Au surlendemain de la sortie en salles de Kompromat, dernier long-métrage du réalisateur Jérôme Salle, Yoann Barbereau, celui qui a directement inspiré ce thriller interprété par Gilles Lellouche dans le rôle principal, s’est exprimé sur les réseaux sociaux. « Ai-je été associé à l’élaboration de ce film ? Non. Est-ce une adaptation du livre que vous avez lu ? Non », confirme le Nantais, vraiment pas fan de la fiction plutôt musclée proposée aux spectateurs.

Kompromat raconte l’histoire d’un Français expatrié en Russie et accusé du jour au lendemain de pédophilie. Il s’agit en fait d’un complot organisé par les services secrets à base de faux documents afin de nuire à une personne pouvant être considérée comme un ennemi d’Etat. Arrêté et menacé d’une longue peine de prison, le héros n’a d’autre choix que de s’évader s’il souhaite avoir une chance de revoir la France.

Déçu par le scénario

C’est ce qui est arrivé à Yoann Barbereau, ex-directeur de l’Alliance française d’Irkoutsk, entre 2015 et 2017. Condamné fin 2016 par la justice russe à 15 ans de camp pour des actes à caractère sexuel sur sa propre fille, faits qu’il a toujours contestés, il avait réussi deux cavales consécutives, l’une pour rejoindre l’ambassade de France à Moscou, l’autre pour rallier la France par ses propres moyens. En 2020, il avait décrit son histoire dans un livre intitulé Dans les geôles de Sibérie. C’est la découverte de l’affaire, extrêmement médiatisée, qui a donné envie à Jérôme Salle de travailler sur ce film.

Mais le réalisateur et Barbereau ne sont pas parvenus à trouver un terrain d’entente. A l’instar de récentes critiques de presse et de lecteurs de son livre, le Nantais a été très déçu par certains raccourcis caricaturaux du scénario, regrettant notamment que l’attachement complexe qu’il porte au pays russe soit passé sous silence.



« La formule empesée “Ce film et ces personnages sont très librement inspirés de faits réels” donne une indication. Tout cela est loin de moi, diablement loin du livre, je ne parle pas seulement de points de détail ni de quelques faits vérifiables », écrit aujourd’hui Yoann Barbereau. « C’est un dur labeur que de parler contre le sot discours viriliste, contre ses tranchées, ses fictions puissantes faites de “camp occidental” et de “Russie éternelle” », poursuit-il.

Passionné d’art et de littérature, Yoann Barbereau, 44 ans, vit désormais dans le Finistère.

Sujets liés