Hallucinants Vikings

CINEMA «Le Guerrier silencieux» nous plonge dans un monde de bruit et de fureur...

Caroline Vié

— 

«Le Guerrier silencieux» avec Mads Mikkelsen (à droite) est le nouveau film de Nicolas Winding Refn.
«Le Guerrier silencieux» avec Mads Mikkelsen (à droite) est le nouveau film de Nicolas Winding Refn. — LE PACTE

Si l'expression «film de Vikings» vous évoque de gros messieurs en cuir avec des casques à cornes en train de boire du calva dans des crânes, Le Guerrier silencieux risque de vous dérouter. «Mon film est un voyage virtuel dans une époque d’une brutalité extrême», explique Nicolas Winding Refn.

Le cinéaste danois est parti dans le coin le plus sauvage d’Ecosse avec Mads Mikkelsen, l’acteur de sa trilogie Pusher. Il lui fait vivre les aventures d’un héros borgne et muet, réduit en esclavage avant d’avoir à affronter les premiers chrétiens qui n’étaient pas vraiment des enfants de choeur. «J’en ai bavé», avoue Mikkelsen, qui a abandonné le costume du méchant «Chiffre» de Casino Royale pour subir un traitement à base de flagellations, combats à mains nues et roulades dans la boue. «J’étais nu, écorché, gelé, battu et je n’avais pas le droit d’exprimer ma douleur par la parole, se souvient-il. Je devais tout faire passer par mon expression corporelle.»

 

Une narration pas vraiment classique

 

Proche d’un happening halluciné Le Guerrier silencieux flirte avec le cinéma expérimental. «Je suis persuadé que les spectateurs ne sont pas réfractaires aux expériences différentes et c’est ce que j’ai essayé de leur offrir», affirme Refn. Différent, ce film brillant l’est certainement dans la façon dont il malmène les codes d’une narration classique pour plonger dans un monde de sensations. Les amateurs de sensations fortes et d’oeuvres singulières trouveront leur bonheur dans cet univers de bruit et de fureur.