John McTiernan à la tête du jury du festival de Gérardmer

CINEMA Le réalisateur a quasi disparu de la circulation. Explications...

Caroline Vié

— 

Le réalisateur John McTiernan
Le réalisateur John McTiernan — REUTERS/P.MCCARTEN
John McTiernan a longtemps fait partie de la liste A des réalisateurs hollywoodiens. Piège de cristal ou Predator ont assis sa réputation de cinéaste «qui en a» (de bons résultats au box-office). Aujourd’hui, notre homme a dégringolé en bas de l’alphabet. Mais c’est dans la vie qu’il joue les héros de série Z. «Je ne tournerai jamais plus de films de fiction, nous a-t-il confié alors qu’il partait présider le Festival du film fantastique de Gérardmer qui lui rend hommage cette année. Plus aucune compagnie ne veut m’assurer et c’est au gouvernement Bush que je dois cette traversée du désert qui dure depuis cinq ans.»

D’humeur pas très zen

Accusé d’avoir menti au FBI dans une affaire d’écoutes téléphoniques, il a fini par être relaxé. Ce qui ne le détend pas par rapport à «une Amérique dominée par les corporations». Parano ? On peut pronostiquer que ses jurés – Anne Parillaud, Linh-Dan Pham ou Florent Emilio Siri– risquent de s’inquiéter s’il leur assène, comme à nous : «Comment voulez-vous que je m’intéresse à l’art quand je sais que mon pays vire à l’extrême droite ?» Les organisateurs qui comptaient sur la présence de McTiernan pour passer un vernis hollywoodien sur les sommets vosgiens devront trouver les moyens de chasser ses idées noires. A coups de thrillers sanglants, scènes gore et histoires de fantômes.


Pour le plaisir, une vidéo du making-of de Predator



Zombies

Huit longs-métrages sont en compétition jusqu’à dimanche. Thrillers sanglants, histoires de fantômes, et films de zombies dont La Horde, un film de morts vivants made in France.