« Le père de mes enfants », bien plus fort que la mort

— 

C. BETHUEL

Un drame avait bouleversé le cinéma français en 2005 : le suicide d'Humbert Balsan, producteur indépendant très en vue à l'époque. Mia Hansen-Love s'est inspirée de cette histoire pour Le Père des mes enfants, son deuxième film après le très remarquable Tout est pardonné (2007). Pour autant, la jeune cinéaste nous a confié à Cannes « ne pas l'avoir connu directement », ni surtout avoir cherché « à faire verser les larmes ». Son film, construit en deux parties, évoque d'abord le désespoir progressif d'un homme écrasé par ses responsabilités. Puis l'existence des femmes de sa vie (son épouse, sa fille) sans lui. Mia Hansen-Love parle ici de filiation tout en emportant le spectateur dans le tourbillon de la vie. W

C. V. et S. L.