Des morts-vivants Grand-Guignolesques

CINEMA «Bienvenue à Zombieland», un film jouissif...

Caroline Vié

— 

Woody Harrelson, hilarant.
Woody Harrelson, hilarant. — SONY PICTURES

Bêtes, méchants, envahissants et atteints de boulimie chronique, les zombies ont transformé la Terre en garde-manger géant. Le jeune héros de Bienvenue à Zombieland a mis au point une série de règles pour ne pas terminer dans leur estomac. Courir vite, se méfier des toilettes et rester vigilant sont les premières devises de cet hypocondriaque contraint de faire ami-ami avec une bande de survivants, dont un redoutable excité de la gâchette.

Farce bourrée de gags sanglants

«Mon personnage m'a permis de rendre humoristique mon côté naturellement destructeur», précise Woody Harrelson, hilarant en chasseur de morts-vivants à la recherche de ses biscuits favoris dans un décor d'apocalypse. Deux jolies adolescentes dépourvues de scrupules accompagnent ces messieurs pour une fuite en avant réjouissante. Et l'apparition surprise d'une grande star comique est la cerise sur le gâteau de cette farce macabre bourrée d'idées visuelles et de gags sanglants. Plus proche de l'esprit potache d'un Shaun of the Dead que d'une fable politique à la façon de La Nuit des morts-vivants, ce film signé Ruben Fleischer fait trembler le spectateur à force d'éclats de rire.


Bienvenue à Zombieland - BANDE-ANNONCE VF