Le bon esprit de Noël

Caroline Vié

— 

Jim Carrey dans le rôle de Scrooge, un homme d'affaires cupide et sans scrupules.
Jim Carrey dans le rôle de Scrooge, un homme d'affaires cupide et sans scrupules. — J. BRAMLEY / image MOVERS DIGITAL

Quand un classique de Charles Dickens rencontre les techniques de pointe d'Hollywood, ça donne Le Drôle de Noël de Scrooge, adaptation d'Un conte de Noël (1843), qui raconte comment un homme d'affaires cupide finira par retrouver le sens des vraies valeurs... Le réalisateur, Robert Zemeckis, rend parfaitement la féérie et les aspects plus sombres de ce texte peu connu en France - raison pour laquelle la promo a débuté il y a plus de six mois, par l'enneigement de la Croisette en plein Festival de Cannes.

Mais la vraie révolution, c'est la « performance capture », nouvelle technique d'animation consistant à dessiner sur les acteurs, après avoir enregistré leurs prestations. Ce procédé permet à Jim Carrey de pousser encore plus loin son physique d'homme caoutchouc. Il est épatant dans huit rôles, qui vont du businessman au coeur sec à différents âges de sa vie aux spectres venus le tirer par les pieds pour le remettre dans le droit chemin. Si les plus jeunes peuvent être impressionnés par les fantômes, ils se laisseront sans doute gagner par la poésie d'images dignes de tableaux, qui permettent d'avoir un avant-goût de l'esprit de Noël. W