L'imaginaire merveilleux du délirant Terry Gilliam

CONTE Le cinéaste avait remanié son script après le décès de l’acteur principal...

Caroline Vié

— 

C'est d'abord l'histoire d'un défi. Et une oeuvre parfaitement aboutie. L'Imaginarium du Docteur Parnassus raconte comment le diable met un vieux saltimbanque au défi de séduire cinq âmes s'il veut sauver sa fille de la damnation. Terry Gilliam aime préciser qu'«il y a beaucoup de [lui] chez Parnassus, surtout dans son côté increvable». Une qualité qui lui a permis de terminer son film après le décès de son acteur principal, Heath Ledger, en plein tournage. Son astuce: faire se relayer Jude Law, John-ny Depp et Colin Farrell pour l'incarner à chaque fois qu'il est happé par son univers merveilleux.

Oeuvre accessible et personnelle

«Heath aurait été éblouissant, précise Gilliam, mais cette solution fonctionne si bien qu'on ne saurait la considérer comme un pis-aller.» Au-delà de cet exploit, ce conte faustien est lui-même passionnant. La rivalité entre Parnassus (joué par Christopher Plummer) et le Malin (personnalisé par un Tom Waits irrésistible) évoque les sacrifices que doit accepter un auteur pour rendre son oeuvre accessible au plus grand nombre. «C'est un sujet que je connais bien, s'amuse Gilliam, car je déplore que la médiocrité soit trop souvent le plus grand dénominateur commun quand on parle de culture.» Sur la forme, les animations évoquant les Monty Python, l'univers visuel foisonnant à la Brazil et le vieillard flamboyant digne du baron de Münchausen rassureront les fans d'un réalisateur qui, à 69 ans, semble avoir trouvé l'équilibre parfait entre film grand public et oeuvre personnelle.


L'Imaginarium Du Docteur Parnassus : Bande-Annonce (HD)