Des héros au «Visage» fatigué

CINEMA Un film d'un réalisateur taïwanais...

S. L.

— 

D. R.

Un hommage à la Nouvelle Vague, et plus précisément à François Truffaut ? Pourquoi pas. Mais le cinéaste ­taïwanais Tsai Ming-liang s'est perdu dans ce beau projet. Visage retrace les ­mésaventures d'un réalisateur (Lee Kang-sheng) dont l'acteur principal (Jean-Pierre Léaud) se casse le nez. Et Visage perd le fil de son intrigue après cette jolie séquence sous la neige au jardin des Tuileries. Les ­acteurs ­s'ennuient : «Je suis ­fatiguée», se plaint Fanny Ardant. «Moi aussi», lui répond Jean-Pierre Léaud. Et le public aussi d'attendre que Tsai donne un sens à ce qu'il filme. En avait-il le coeur ? Sa mère est décédée pendant le tournage, anecdote dont il se sert : il arrive la même chose au réalisateur dans le film.


VISAGE - BANDE-ANNONCE