«The Box» met le spectateur en boite

CINEMA Le réalisateur de «Donnie Darko» fait un retour en force avec «The Box»...

Caroline Vié

— 

James Marsden et Cameron Diaz choisiront-ils de tuer pour gagner de l'argent ?
James Marsden et Cameron Diaz choisiront-ils de tuer pour gagner de l'argent ? — WILD BUNCH DISTRIBUTION

Cameron Diaz et James Marsden se trouvent confrontés à un terrible cas de conscience dans «The Box»: il leur suffit d'appuyer sur le bouton d'une boîte mystérieuse pour toucher une forte somme... et tuer un inconnu.

«Je souhaite que le public se demande ce qu'il ferait à leur place», explique le cinéaste ­Richard Kelly, qui brode sur une ­nouvelle de Richard Matheson pour signer une fable horrifique diablement efficace.

«Privilégier l'atmosphère»

Ses modèles: la série télévisée culte «La quatrième dimension» et ­«L'Invasion des profanateurs de sépultures», ­classique de la science-fiction signé Don Siegel. «J'ai situé l'action dans les années 1950 pour éviter que mes héros aillent se renseigner sur Internet, précise Kelly, mais les notions de responsabilité et de cupidité que j'évoque sont très ­actuelles.»

Les jeunes gens dévorés par ­l'appât du gain paient cher leur amour de l'argent. Le réalisateur de «Donnie Darko» leur fait vivre un véritable ­cauchemar paranoïaque. «Privilégier ­l'atmosphère sur les effets spéciaux m'a donné une plus grande liberté », insiste ­Richard Kelly. Une ­séquence inquiétante dans une ­bibliothèque peuplée de zombies ­démontre qu'une mise en scène ­virtuose est parfois plus ­redoutable que toute l'hémoglobine du monde.


The Box : Bande-Annonce (VOSTFR/HD)