« Panique au village », un « Toy Story » belge

CINEMA Un film d’animation avec des jouets...

Caroline Vié

— 

Pas de 3D, rien que du système D. C'est Panique au villagefilm bricolo et rigolo, 100% belge. Comme leurs auteurs, Vincent Patar et Stéphane Aubier, dont les jouets vintage, animés image par image, se retrouvent confrontés à des créatures aquatiques chapardeuses. «A l'origine, nos héros étaient faits à base de figurines trouvées dans des brocantes, que nous avons bien entendu perfectionnées pour leur donner vie», explique Vincent Patar.

Après avoir rencontré un grand succès en format court, avec une série télévisée diffusée en 2003 sur Canal+, les duettistes sont passés au long métrage par «envie de développer les personnages». Ils ont mis sept mois à fabriquer leur film, d'abord seuls, puis en se faisant aider par deux autres animateurs. «Par rapport à la série, nous avons davantage soigné l'aspect technique, en essayant de ne pas perdre notre spontanéité, insiste Stéphane Aubier. Mais c'est certain que nos méthodes n'ont rien à voir avec celles des studios américains.» La simplicité de l'animation peut dérouter, le côté répétitif et longuet de certaines scènes aussi, mais il se dégage du film un charme renvoyant le spectateur à sa propre enfance, quand il faisait évoluer ses soldats ou ses poupées.