De la fantaisie et du bonheur à tire-larigot

CINEMA Jeunet signe une fable réconfortante...

Caroline Vié

— 

Ça commence mal. Paisible employé de vidéoclub, le héros de Micmacs à tire-larigot prend une balle perdue dans le crâne. Dans la rue, au contact d'une joyeuse troupe de marginaux, il va se transformer en justicier résolu à se venger des marchands d'armes.

Les fans de Delicatessen ou du Fabuleux Destin d'Amélie Poulain se pourlécheront les babines en découvrant ce film où l'on apprend à manger les Vache qui rit sans enlever l'emballage en aluminium. Toujours prompt à rendre hommage aux plaisirs minuscules, Jean-Pierre Jeunet envoie ses pieds nickelés affronter des hommes d'affaires à grand renfort de bricolages déments. Dany Boon, éblouissant comme jamais à la tête d'une bande de comédiens complices, fait régner la loi du plus faible. Un cambriolage délirant et des poursuites folles sont au programme d'un film 100% festif, qui excite autant les zygomatiques que le palpitant.