Dans « Victor », le Grand Blond s'emmèle les chaussures noires

— 

Qu'est-il arrivé à Pierre Richard, comédien lunaire

et inspiré des années 1970-1980 ? Dans Victor, Thomas Gilou le transforme en papy graveleux et fumeur de joints adopté par une famille bourgeoise caricaturale. Ce personnage affreux, sale et méchant louche du côté de la comédie italienne et du Michel Simon de Boudu sauvé des eaux sans arriver à la cheville de ses modèles. Dire que l'acteur en fait des caisses est est deçà de la réalité ! A vouloir égratigner tous les travers du XXIe siècle (cupidité, presse people, puritanisme, régimes ), le réalisateur de La Vérité si je mens livre un film fourre-tout aux allures de pièce de boulevard bien-pensante. C'est d'autant plus décevant que Lisa Azuelos, réalisatrice de LOL, a participé au scénario. Or le film ne livre qu'un amas de clichés faussement insolents. Et le vieillard odieux finit par faire comprendre à ses hôtes que rien ne vaut la famille et les grands sentiments. Quel scoop ! W

C. V.