Sophie Marceau: «Je n'ai jamais fait de films pour plaire»

INTERVIEW Sophie Marceau se transforme en Monica Bellucci dans Ne te retourne pas...

Recueilli par Caroline Vié

— 

Sophie Marceau et Monica Bellucci, lors du Festival de Cannes.
Sophie Marceau et Monica Bellucci, lors du Festival de Cannes. — LYDIE / NIVIERE / NIKO / SIPA

Pourquoi Marina De Van vous a-t-elle confrontée à Monica Bellucci ?

Probablement parce que nous ne projetons pas la même chose, bien que notre duo fonctionne à l'écran. Monica est synonyme de désir, ce qui implique une certaine forme de distance. Je suis plus accessible : les gens me voient comme quelqu'un de naturel, à qui il arrive de faire des gaffes.

C'était la guerre entre vous sur le plateau ?

Vraiment pas, ne serait-ce que parce que nous n'avons que très peu joué ensemble ! L'endroit où nous nous sommes le plus vues, c'est au Festival de Cannes.

Comment avez-vous vécu votre passage cannois ?

Le festival représente vraiment le cinéma pour moi. Avec tout ce qu'il a de franc, de faux cul, de chouette, de chiant, de riche, de pauvre... On trouve toutes ces contradictions incroyables à Cannes, mais ce qui compte, ce sont les films.

Qu'avez-vous pensé des réactions houleuses des festivaliers pour Ne te retourne pas ?

Je n'ai jamais fait de films pour plaire... ni pour choquer. Mais je peux comprendre qu'il puisse déranger parce que Marina aborde des sujets très angoissants, comme la fragilité de ce qu'on appelle la beauté et la grâce. Monica et moi avons également plongé dans nos rôles avec une intensité qui peut mettre mal à l'aise.

Comment expliquez-vous votre popularité ?

C'est comme si je faisais de la télé depuis trente ans ! Les gens se sentent proches de moi, comme ils peuvent se sentir proche de Mimie Mathy ou Patrick Poivre d'Arvor. Je suis comme la dame qui présente la météo. Les spectateurs se sentent à l'aise avec moi, peut-être parce qu'ils m'ont connue toute jeune. 


Ne Te Retourne Pas : Bande-annonce 1