«A l'origine», de Xavier Giannoli, porté par ses acteurs

CRITIQUE Un bon film, un peu trop long.

Stéphane Leblanc

— 

Si vous avez manqué le début
Un homme sort de prison et trouve le carnet de bons de commande d’une société de BTP qui lui permet d’acheter du matériel et de le revendre. L’escroquerie va rapidement prendre une ampleur inattendue...

Backstage
Inspiré d’un fait divers réel survenu dans le Nord de la France, il y a une dizaine d’années.

Les têtes connues
François Cluzet est parfait dans le rôle du petit escroc qui deviendra grand… à son corps défendant. A ses côtés, Emmanuelle Devos, en maire de la commune est épatante et Gérard Depardieu, qui a soutenu personnellement le film à un moment difficile, est également très bien.

Le pour
Dans le contexte social actuel, le film prend une résonnance particulière. Mais surtout, Xavier Giannoli a le sens de la narration. Il sait raconter les histoires, même les plus incroyables, et trouver les ressorts scénaristiques pour la rendre crédible. On a hâte de savoir comment ça va se terminer.

Le contre
Deux heures trente pour raconter cette histoire, ce n’est pas désagréable, mais quand-même un peu long, surtout que le spectateur n’a rien de très excitant à se mettre sous les yeux. La mise en scène, assez plate, est le point faible d’un film qui manque d’ampleur et de lyrisme.

La réplique qui tue
-Vous avez construit une parcelle d’autoroute?
-Oui.
-Mais elle va où, cette route?
-Je sais pas…
Dialogue entre le petit escroc et le patron de la vraie société de BTP à la fin du film.