Les dessous de la montée des marches

CANNES Au festival de Cannes, dire «Je monte les marches ce soir» vous donne soudain une cote inédite. Et dire «Voulez-vous monter les marches avec moi ce soir?», c’est 500 points de plus au glamouromètre...

Alice Antheaume, à Cannes

— 

La montée des marches est l'occasion de sortir les robes de créateurs, mais pour faire sensation il faut absolument l'accessoire qui tue: les petits cœurs, nouvelle tendance de l'été 2008?
La montée des marches est l'occasion de sortir les robes de créateurs, mais pour faire sensation il faut absolument l'accessoire qui tue: les petits cœurs, nouvelle tendance de l'été 2008? — VINCENT KESSLER/REUTERS

Vous le savez, les stars montent les marches à Cannes. Vous ne le savez peut-être pas, mais des anonymes montent aussi les marches à Cannes.
 
Deux fois par jour, à 19h et à 22h, près de 2.000 personnes se rendent ainsi dans le «Grand Théâtre Lumière», la salle du Palais des festivals, où sont projetés les films du jour. Et pour cela, doivent gravir l’escalier, recouvert d’un tapis rouge, qui mène du boulevard de la Croisette à la salle de projection. Y participer, c’est un peu comme être photographié dans «Voici»: l’occasion de se prendre pour le people que l’on n’est pas en foulant les mêmes 24 marches que Rosanna Arquette, Isabelle Huppert ou Jane Campion.
 
Tenue correcte exigée

 
Pour y accéder, il faut une invitation spéciale et «strictement personnelle». Les badges que portent les journalistes ou les professionnels pendant le festival ne suffisent pas. «L’utilisation de  cette invitation vous impose une tenue et un comportement corrects pendant la montée des marches et dans l’enceinte du Palais», précise le règlement au dos du billet. En clair, une «tenue de soirée» pour les femmes et un «smoking» pour les hommes. Ce n’est pas de la rigolade. Ceux qui n’ont qu’une veste sont renfloués, ainsi que ceux qui ont mis une cravate au lieu d’un nœud papillon. «On ne les prend par traîtrise, c’est indiqué sur le billet», explique l’un des membres du protocole. Rebelle, Pablo Picasso aurait monté les marches, en 1953, vêtu d’un gilet en peau de mouton assorti et du fameux nœud pap’.
 
Accès limité
 
Avant d’accéder aux marches, l’anonyme présente son billet une demi-douzaine de fois à une demi-douzaine de personnes différentes, chargées de repérer les petits malins qui tentent le ticket de la veille ou qui ont oublié de troquer leurs baskets. La star, elle, arrive en voiture officielle en bas des marches et on ne lui demande pas son billet. Pour l’accueillir, Laurent Weil, de Canal+, brandit son micro. Plus loin, Thierry Frémaux et Gilles Jacob, les patrons du festival, peuvent même lui faire la bise en guise de bienvenue. Entre les deux, des photographes, en smoking aussi, sont alignés en rangs d’oignons à droite et à gauche du tapis rouge, à des places déterminées par des croix blanches marquées au sol. Ils mitraillent à tout va pour alimenter la presse internationale du lendemain et appellent à qui mieux mieux la star qui défile, espérant un clin d’œil, un jeté de jambes ou une bretelle qui tombe.
 
Seule star sur le tapis
 
Au moment du passage de la star, le tapis est quasi vide. Car le protocole a veillé à faire attendre la personnalité au seuil du tapis rouge, le temps aux précédents monteurs de marche de vider les lieux. Quand la place est nette, la star est autorisée à s’élancer, sans intrus autour. En coulisses, les bijoutiers espèrent que l’actrice ne mettra pas ses mains derrière le dos, histoire de montrer le bracelet en or qu’ils lui ont prêté. Même angoisse pour les chausseurs qui croisent les doigts en priant pour que la star soit photographiée en pied plutôt qu’en plan américain. Il n’y a que comme cela qu’apparaîtront leurs précieux escarpins.
 
La pluie en plus
 
Les enjeux sont donc de taille sur ce tapis. Mais pas pour les anonymes. A leur passage, les photographes baissent leurs objectifs et les laissent monter en troupeau dans un vrombissement assez sonore. L’occasion pour ces novices de constater qu’en temps de pluie, comme ce vendredi, le tapis cannois n’est pas plus imperméable qu’un autre. Ça fait «chpolk chpolk» à chaque pas. Heureusement pour les stars, ça ne se voit pas sur les photos.