hôtels, soirées et coiffeur assis DERRIère un pare-crise

— 

C'est le sujet à ne pas aborder. Aveuglement ou méthode Coué,

les festivaliers veulent croire à une exception cannoise en temps de crise. La preuve à l'hôtel Majestic, où il n'y a aucune chambre libre et où les tarifs préférentiels n'existent pas. Idem à l'hôtel Martinez. « On est complet depuis février, assure Richard Schilling, le directeur, et on a même augmenté nos tarifs de 2 % par rapport à l'année dernière. » Plus surprenant : un nouvel hôtel quatre étoiles, le 1835 White Palm Hôtel, vient d'ouvrir à la pointe du port. Comble du luxe, il est doté de 16 suites sur 134 chambres et de... thermes marins de 2 700 m2 !

Du côté des sponsors, Cannes a aussi un effet anticrise. « Cannes ne peut pas être tristoune, dit le service de communication de Jacques Dessange. Le budget est le même qu'en 2008, dix-neuf coiffeurs seront sur place. » Pour L'Oréal, même topo : Eva Longoria, Milla Jovovich, Noémie Lenoir et les autres ambassadrices de la marque seront là, « plus nombreuses encore que l'année dernière », confie leur agent.

Et si le magazine Vanity Fair a décidé d'annuler la fiesta - très courue - qu'il organisait chaque année, les pros de la nuit n'envisage pas de troquer le champagne pour du rosé tiède. Les festivaliers qui payent leurs consos par contre, pourraient bien faire attention à leurs budgets. D'où une certaine inquiétude des bistrotiers et restaurateurs qui craignent finalement, plus que la crise, une météo pourrie. Le temps qu'il fait étant le seul véritable baromètre d'un festival réussi, ma bonn' dame. W

Alice Antheaume