« Là-haut » A LE vent en poupe

Alice Antheaume

— 

Carl, 78 printemps, et chef de bande d'uneéquipée volante !
Carl, 78 printemps, et chef de bande d'uneéquipée volante ! — DISNEY / PIXAR / AFP

Gros buzz autour de

Là-haut, le film d'animation en 3D qui a fait l'ouverture

du Festival de Cannes, hier soir. Rires, applaudissements, éloges à tout-va : les critiques sont unanimes. « Quel dommage que ce film ne fasse pas partie de la compétition, déplore un journaliste belge. Pour moi, il mériterait la Palme d'or. » Un avis plutôt répandu dans les rangs de la presse internationale. L'histoire de ce vieil homme, Carl, qui part à l'aventure dans une maison volante tirée par des ballons gonflés à l'hélium, a le mérite d'être légère. Et courte - le film ne dure que 1 h 44. « Cela nous fait du bien, avant de voir ce paquet de films dont les thèmes sont graves et... longs », reprend un autre journaliste.

Parmi la faune des personnages de Là-haut, un oiseau abracadabrant, le Dadou, semblable au dodo de l'île Maurice. S'ajoutent des chiens parlant la langue humaine, grâce à un collier décodeur. « Tous les personnages ont été des défis à dessiner, a expliqué l'équipe des studios Pixar. La fourrure est difficile à animer, ainsi que la mâchoire de Carl. Car il faut lui donner une texture de peau crédible, des rides et une expression. »

Et si le procédé 3D a séduit la plupart des spectateurs, John Lasseter lui-même, directeur de l'animation chez Walt Disney, a reconnu dans un sourire qu'il ne faut pas en abuser au risque de « faire sursauter » le public. W