Un parrain pour la Quinzaine

Caroline Vié

— 

L'histoire d'une famille italienne en Argentine, c'est Tetro, de l'américain Coppola.
L'histoire d'une famille italienne en Argentine, c'est Tetro, de l'américain Coppola. — DR

Il aime à se trouver où on ne l'attend pas.

Après avoir refusé

une invitation en sélection officielle, Francis Ford Coppola s'est dit que Tetro serait bien à sa place en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs. C'est donc dans cette section parallèle que les cinéphiles pourront découvrir l'histoire d'une famille italienne installée en Argentine, une oeuvre semi-autobiographique avec Vincent Gallo dans le rôle-titre. Thierry Frémaux avait proposé au réalisateur deux fois « palmé » de Conversation secrète et Apocalypse Now de présenter son film hors compétition. Coppola, qui aurait souhaité concourir pour une troisième Palme d'or, a refusé net et choisit « une section qui accueille les jeunes cinéastes ».

A 70 printemps, le maître n'a rien perdu de son esprit frondeur comme on peut en juger sur www.tetro.com, où il présente le film d'un air malicieux. « Tetro incarne mes premières passions de cinéaste, et reflète les idéaux et les buts dont je rêvais à mes débuts », explique-t-il sur le site de la Quinzaine des réalisateurs. Le drame, autofinancé et tourné en scope noir et blanc dans la région de Buenos Aires, n'a pas la réputation d'être une oeuvre facile. Sur un scénario original de Coppola, ce « cri d'indépendance », comme le définit son auteur qui n'avait pas tourné depuis L'Homme sans âge en 2007, n'a pas encore trouvé de distributeur français. « Coppola considère Tetro comme un nouveau départ », insiste Olivier Père, délégué général de la Quinzaine. Beau joueur, Thierry Frémaux semble ne pas (trop) en vouloir au réalisateur d'avoir préféré le palais Stéphanie à la prestigieuse salle Louis- Lumière. « Ce grand cinéaste reste un ami », a-t-il affirmé. W