Des embauches se dessinent à Ghibli

— 

A quelques dizaines de kilomètres du centre de Tokyo, les studios Ghibli recrutent. Le producteur Toshio Suzuki nous confie être en train d'aider Hayao Miyazaki à sélectionner les artistes qui seront prochainement formés par le maître lui-même. « Nous ne rajeunissons pas et il est temps de penser à la relève », raconte-t-il dans son bureau aux meubles couverts de jouets et de dessins sur des feuilles de papier. Les nouveaux venus seront bien traités. Leurs enfants bénéficieront même d'une crèche dessinée par Miyazaki. Un luxe qui n'est pas inutile. « Les journées des animateurs sont de plus en plus longues au fur et à mesure que la date de sortie approche », précise Suzuki. Des Français peuvent encore postuler, « à condition d'avoir beaucoup de talent, une grande résistance et de parler couramment le japonais », assène le producteur qui a passé toute l'interview à dessiner des Ponyo affublées de la tête d'Hayao Miyazaki ! ■ C. V.