Cinéma

Auréolé d'une gloire nouvelle

Pour bien des téléphages, le Saint, c'est Roger Moore, gentleman cambrioleur d'une série populaire au début des années 1960. Mais le hors-la-loi a, en réalité, d'abord connu les honneurs du grand écran, de 1938 à 1943. Un superbe coffret* fait redéco...

Pour bien des téléphages, le Saint, c'est Roger Moore, gentleman cambrioleur d'une série populaire au début des années 1960. Mais le hors-la-loi a, en réalité, d'abord connu les honneurs du grand écran, de 1938 à 1943. Un superbe coffret* fait redécouvrir ses premières aventures : huit films produits par la RKO mettant en vedette le héros de Leslie Charteris. « Son nom est un accident, explique l'auteur dans un bonus tourné en Belgique dans les années 1950. C'est en voyant les initiales de Simon Templar, ST, patronyme de mon héros, que m'est venue l'idée du titre des romans. »

L'auteur, né à Singapour, a parcouru le monde avant de donner vie à ce Britannique en 1928. Redresseur de torts, que son auteur décrit comme un d'Artagnan des temps modernes, le Saint utilise des méthodes pas toujours très orthodoxes pour lutter contre le crime. Louis Hayward, George Sanders puis Hugh Sinclair se sont glissés, tour à tour, dans la peau de cet homme charismatique.

Leurs prestations n'ont pas convaincu Leslie Charteris, qui avoue franchement dans une interview : « J'ai aimé le fric, mais pas les films. Hollywood n'a jamais su montrer le Saint comme je le vois. » Son jugement semble un brin sévère quand on redécouvre ces polars au charme nostalgique. ■* Coffret DVD, Editions Montparnasse, 42 euros.