Le cinéma français se porte bien

CULTURE 240 films ont été produits en 2008 contre 228 en 2007...

Sa. C. avec agence

— 

Kad Merad et Dany Boon dans "Bienvenue chez les Ch'tis"
Kad Merad et Dany Boon dans "Bienvenue chez les Ch'tis" — DR

Les bobines ont bien tourné en 2008. Le cinéma français a permis à 240 long-métrages de sortir dans les salles, soit 12 de plus qu’en 2007, selon des chiffres dévoilés mercredi par le Centre national de la cinématographie (CNC) dans son bilan annuel de la production cinématographique. L'industrie cinématographique revient ainsi au nombre de films produits en 2005 qui fut une année faste.
 
Autre indice de la bonne santé du 7e art hexagonal, le budget global de ces 240 films est monté à 1,5 milliard d'euros, contre 1,2 l’année précédente. Ce bond s'explique «en grande partie» par les gros devis de trois films, affirme le CNC: les deux productions d'Europacorp (la société de Luc Besson) «Arthur et la guerre des deux mondes» et «Arthur et la vengeance de Maltazard» mais aussi du documentaire «Océans», filmé sur toute la planète par Jacques Perrin.
 
Des projets plus chers

 
Selon le CNC, 2008 est donc une «année atypique» dans la mesure où ces trois films très chers gonflent les chiffres globaux, avec des devis supérieurs à 40 millions d'euros, dont deux au-dessus de 60 millions d’euros. Ces onéreux projets expliquent en grande partie l'augmentation significative du budget moyen des films produits en France, passé de 5,43 millions d’euros en 2007 à 6,42 millions en 2008, soit une hausse de 18,2%.
 
L’année 2008 est décidément une très bonne année pour le cinéma français: Unifrance, l’organisme qui promeut le cinéma français à l'étranger, avait déjà pointé la bonne exportation des films français à l’étranger, où ils avaient été vus par près de 80 millions de spectateurs.
 
L’année 2009 pourrait également être un grand cru: la fréquentation des salles obscures étaient en hausse en janvier et en février 2009 par rapport à la même époque en 2008, année où 188,8 millions d'entrées avaient été enregistrées. De bonne augure pour la suite.

DVD

Le marché du DVD a poursuivi sa baisse en 2008, note le CNC: -2,1 % en volume, -7,5 % en valeur. Si la commercialisation des Blu Ray se développe, atteignant 51,42 millions d’euros pour plus de 2,1 millions de supports vendus, elle ne permet pas d’infléchir la baisse du chiffre d’affaire du secteur, qui a perdu 30% depuis 2004.